Entretien avec Vuuar et Zedux #10

-

-

Gestion de sorts (suite)

Toujours en matière de gestion de sorts, il convient de noter qu'un magicien ne pourra pas tous les mémoriser. Seuls un nombre limité, dont la proportion évolue "avec le temps" (le niveau du personnage ?) pourra être mémorisé et utilisé comme tel.

Cependant, dans Dark and Light, un magicien pourra lancer des sorts non mémorisés et préalablement révisés, au prix d'un temps d'incantation plus élevé. En effet, le lanceur de sorts devra compter sur la durée d'incantation propre au sort, mais aussi sur l'équivalent de la durée de mémorisation (les deux périodes se cumulant).
Ainsi, mémoriser un sort au préalable permettra au lanceur de sorts d'économiser cet acte dans le feu de l'action.

-

Livre de sorts et grimoires

En outre, les lanceurs de sorts seront tous dotés d'un grimoire dans lequel ils inscriront leurs formules magiques. Et même si le livre de sorts ne peut être ni perdu, ni volé ou détruit ("c'est trop lourd de conséquence pour le magicien"), ce grimoire permettra aux lanceurs de sorts de réaliser des copies de sorts sur parchemin afin de les conserver ou les vendre à d'autres joueurs.
Le parchemin ne pourra être utilisé qu'une unique fois, mais son utilisation est possible par tous les personnages en ayant les capacités (même un guerrier, par exemple).

-

Gestion des compétences

Les compétences sont un peu gérées comme les sorts (utilisant le même système d'interface permettant de doser la puissance). Cependant, les compétences sont toujours régies par des niveaux de degré divers.

Le niveau "actuel" d'une compétence dépend du nombre de points de compétence que l'on y consacre. Dans Dark and Light, on trouve des points de combat et des points sociaux. Certaines compétences n'autorisent que l'attribution de points de combat, d'autres que de points sociaux, les troisièmes peuvent utiliser les deux types de points.
Parallèlement, il existe une barre d'entraînement servant principalement pour la précision et l'efficacité de la compétence.

Vuuar : pour reprendre l'exemple de la compétence de "saut", les points consacrés détermineront la distance à laquelle tu peux sauter (en longueur), et la barre d'entraînement fixe la précision de la zone d'atterrissage du personnage qui bondi.
Donc, plus tu utilises la compétence et plus le niveau d'entraînement augmente et plus l'utilisation de la compétence est précise.

Mais comme nous sommes vénaux, il sera possible de payer pour faire grimper la barre d'entraînement plus rapidement (dans la limite de la moitié de la barre). Ca permet notamment de zapper le début qui n'est pas forcément très drôle.

Mais les compétences ne sont pas des sorts au sens stricts. La compétence donne accès à une série de "sorts" qui eux, sont directement utilisable par le joueur.

Zedux : il y a une trentaine de compétences par classe, dont une dizaine "réservée" pour classe. En fait, il faut distinguer les compétences basiques et les compétences d'étude.
Les compétences basiques sont accessibles à tous les personnages comme courir, sauter, nager, etc. Les compétences d'étude sont liées à la classe (réservées aux lanceurs de sorts, aux tanks, aux chasseurs).

Ainsi, par exemple, tous les chasseurs ont des capacités de furtivité mais le ranger aura plus de compétence de "pistage" qu'un barde par exemple, qui lui aura des compétences de musique pour charmer les mort-vivants.

Zedux : en plus, nous avons également des compétences de recherches. Elles ne peuvent être acquises qu'en faisant des quêtes. Elles sont accessibles à partir du niveau 60 globalement, mais tu peux utiliser une compétence de recherche dès le niveau 20. L'intérêt étant que tu peux former un personnage de niveau 20 à utiliser une compétence de recherche.
On peut se le permettre car les compétences de recherche donnent accès à des sorts inutiles mais délirants. Personne ne veut "perdre" de point dedans, donc il n'est pas nécessaire d'y consacrer des points, il suffit de faire des recherches.

Ainsi, en faisant de longues et difficiles recherches, il sera possible de maîtriser l'art délicat de lancer des feux d'artifice ("tu peux lancer un feu d'artifice en forme de dragon par exemple", qui a dit Gandalf ?). Il existera a priori une grande diversité de "sorts de recherches", comme apprendre des danses (des gigues), indispensables à la mise en place d'un Roleplay un peu élaboré.

La suite au prochain numéro ;)

-

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Que pensez-vous de Dark and Light ?

30 aiment, 213 pas.
Note moyenne : (247 évaluations | 6 critiques)
4,4 / 10 - Médiocre
Evaluation détaillée de Dark and Light
(54 évaluations détaillées)

Evaluer ce jeu